Accueil 2021-10-07T08:43:50+00:00
Odile Cornuz

Nous roulons sur des rails donc ce tunnel doit conduire quelque part est repris au programme du Théâtre du Passage du 10 au 12 décembre – si vous l’avez manqué à sa création au TPR, voici une occasion de découvrir un travail d’équipe exceptionnel, à partir de la nouvelle “Le Tunnel” de Friedrich Dürrenmatt qui a inspiré ma pièce “Percées”.

 

Pour des échos d’autres textes et événements…

Participer à la première édition d’un Festival n’est pas anodin – d’autant plus quand il est multilingue et se déploie dans le cadre magnifique du Valposchiavo, dans les Grisons! La littérature suisse était donc à l’honneur à Poschiavo du 1er au 3 octobre pour les Lettere dalla Svizzera alla Valposchiavo

Nous avons fêté les Vingt ans de Passage! avec La Distillerie Cie au Théâtre du Passage, du 9 au 19 septembre – spectacle qui avait été reporté. Cette déambulation théâtrale dans les méandres de ces lieux très habités fut un vrai plaisir partagé!

La Sélection suisse en Avignon 2021 fut une belle moisson – et j’ai eu le plaisir d’en faire partie avec le dispositif des Intrépides, qui réunit les autrices Céline Champinot, Odile Cornuz, Carole Martinez, Marie Nimier, Karoline Rose, Aïko Solovkine et Alice Zeniter, dans une mise en scène de Pascale Henry.

“Nous roulons sur des rails, donc ce tunnel doit conduire quelque part” a fait l’objet d’une captation montée par les soins de la RTS – à découvrir pour celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion d’assister au spectacle au TPR!

Une rencontre entre Laurence Piaget et Odile Cornuz, sur les ondes? C’est dans “Premier rendez-vous”, une émission de Pauline Vrolixs diffusée le 2 juin 2021 sur La Première de la RTS.

“Nous roulons sur des rails, donc ce tunnel doit conduire quelque part” aurait dû être présenté dès le 26 mars au TPR à La Chaux-de-Fonds… Les représentations ont été reportées du 27 au 30 mai 2021. Quelle joie ce fut de retrouver le public et de vous présenter ce travail autour de la nouvelle Le Tunnel de Friedrich Dürrenmatt, à partir de laquelle j’ai écrit Percées, le tout mis en scène par Anne Bisang!

Une heure de divagations littéraires avec Manuella Maury? C’est ce que j’ai eu le plaisir de vivre au fil de l’émission “Alice s’émerveille”, diffusée le 25 avril 2021 sur La Première de la RTS – à vous d’y plonger si l’envie vous saisit!

“Vingt ans de Passage!” aurait dû être présenté au public dès le 18 mars 2021 au Théâtre du Passage à Neuchâtel… Les représentations sont reportées à l’automne 2021. Voici une vidéo de présentation du spectacle, pour vous enjoindre à nous retrouver bientôt! Une production Das Playground pour la Distillerie Cie.

 

“Seule la réalité devenue langage est une réalité acquise.” Paul Nizon, Marcher à l’écriture

Cette phrase de Nizon percute ce besoin de poésie que je suis heureuse de partager avec celles et ceux qui souhaitent s’adonner aux pantoums. Entre le 18 mars et le 5 juin 2020, j’en ai écrit un par jour et l’ai publié, ainsi que tous ceux reçus, sur une page dédiée de ce site. Le rythme est moins régulier désormais, mais la proposition est toujours ouverte. Plus de cent quatre vingt poèmes ont saisi ainsi certains méandres du présent. Prenez le temps de les découvrir – également grâce à cette vidéo de présentation produite par la RTS – et, qui sait, d’y ajouter le vôtre…

PANTOUMS!

 

Ma ralentie (d’autre part) est toujours disponible en librairie: en voici quelques échos. En février 2019, ce livre obtient le Prix Auguste Bachelin, il en question sur RTN. Il fait aussi l’objet d’une rencontre au bord de la poésie, diffusée par Espace 2. En juin 2019, Eric Bonvin le découvre en marge des Journées littéraires de Soleure.

Sur viceversa littérature, Claudine Gaetzi propose une critique de Ma ralentie. Vous trouverez sur le site poesieromande.ch un entretien au sujet de Ma ralentie, mené par Emmanuelle Vollenweider. Vous pouvez également écouter l’émission Versus/Lire sur Espace 2, consacrée à Ma ralentie, en compagnie de Jean-Marie Félix et Jean-Luc Rieder.

Pour d’autres textes, voyez quelques monologues de Terminus traduits en anglais par Tess Lewis dans “Trafika Europe”, un beau numéro qui rassemble des traductions d’auteurs suisses de tous horizons, ici. Ou l’édition papier 2017 de Viceversa Littérature: vous y trouverez une nouvelle inédite de ma plume, intitulée “Au hasard”.