Odile Cornuz

Ce site est dédié aux mots en tous sens (surtout aux miens) – bienvenue!

Hommage au poète Yves Bonnefoy, dont je cite quelques vers de « La maison natale » dans Les Planches courbes, paru en 2001:

Beauté et vérité, mais ces hautes vagues / Sur ces cris s’obstinent. Comment garder / Audible l’espérance dans le tumulte, / Comment faire pour que vieillir, ce soit renaître, / Pour que la maison s’ouvre, de l’intérieur, / Pour que ce ne soit pas la mort qui pousse / Dehors celui qui demandait un lieu natal?

Que la poésie vous accompagne…

Pour rappel, mon livre Pourquoi veux-tu que ça rime?, publié en 2014 aux éditions d’autre part, dont vous trouverez des bonnes feuilles dans le numéro 10 de La couleur des jours, est toujours disponible en librairie. Vous pouvez en entendre des extraits enregistrés par Espace 2 au Festival de la Cité, dans une mise en ondes de Jean-Michel Meyer, avec la voix de Laurence Vielle et le clavier de Michel Wintsch. Sur le net, des critiques en ont parlé: Elisabeth Vust pour Viceversa LittératureAlain Bagnoud sur son blog; la librairie Basta!; littérature-romande.net. Miruna Coca-Cozma en propose une brève rencontre filmée ici.